Tout savoir sur les composés organiques volatiles

Ajout au panier

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les produits synthétiques issus de l'industrie pétrochimique ont supplanté les huiles végétales naturelles et les bases de la résine dans la fabrication de la peinture. Conséquence : plus de polluants dans l'atmosphère, le sol, l'eau... parmi lesquels, essentiellement, ce qu'on appelle les « composés organiques volatils » ou COV. Aujourd'hui, les fabricants de peintures ont décidé de faire la chasse aux COV.

FC0064 picto-COV_591x393

Limiter la production de peinture à base solvant d'origine pétrochimique au profit de peinture en poudre (sans solvant) ou de peinture en phase aqueuse (quantité moindre de solvant) est devenu une priorité des fabricants de peinture comme Durieu Coatings, maison mère des produits De Keyn, WoodLover, Linitop, Owatrol ou encore Elixiss.

Même si les peintures  sont aujourd'hui moins toxiques qu'il y a quelques années, celles à base de solvants d'origine pétrochimique représentent encore plus de la moitié des peintures utilisées en milieu industriel et demeurent une part importante de nos déchets domestiques dangereux.

La raison ? Beaucoup pensent, à tort, que les produits solvantés sont plus efficaces et requièrent moins d'entretiens réguliers que leurs équivalents en phase aqueuse. Or ces derniers ont de nombreux avantages : plus respectueux pour l'environnement, sans odeur, ils ne jaunissent pas au fil du temps. Le seul avantage réel des solutions solvantés est leur facilité d'application : la peinture est plus facile à étaler, ce qui est appréciable quand la surface à peindre comprend des coins, des découpes. Alors que les solutions aqueuses, acryliques, se déposent sur le support, ce qui donne parfois des épaisseurs.

COV ? Sauve qui peut la planète !

De nombreux polluants chimiques domestiques sont des composés organiques volatils (COV). Le formaldéhyde, le benzène, le toluène, des alcools, des essences minérales et les gaz combustibles (propane, etc.) sont les plus courants. Ils se retrouvent notamment dans les meubles, les panneaux d'agglomérés, la peinture et les produits ménagers. Ils peuvent engendrer des effets secondaires comme des étourdissements, des vertiges, des maux de tête, des nausées, des allergies, des irritations cutanées, des malformations fœtales... Sans parler du risque d'inflammabilité. Bref, somme toutes, un cocktail détonnant, dont on se passerait bien. Raison pour laquelle le législateur a demandé aux producteurs de revoir la formule de certains produits jugés trop toxiques pour l'être humain ou son environnement. 

Saviez-vous que...

  • Les produits solvantés utilisés dans nos maisons, comme les peintures d'intérieur, sont responsables de la toxicité de l'air intérieur, une toxicité généralement supérieure à la pollution atmosphérique extérieure ;
  • Le glycol (un COV important) n'est ajouté à la peinture que pour éviter que celle-ci ne gèle durant le transport ;
  • Les peintures blanches annoncées sans COV peuvent tout de même en contenir si on les colore. Attention donc à la machine à teinter !
Le conseil du pro
Et si les solutions solvantées venaient à disparaître des rayons alors que vous en avez déjà utilisé pour vos peintures ? Ce ne serait pas bien grave. En effet, vous pouvez mettre un produit acrylique sur un ancien produit solvanté. Le mélange des deux ne pose problème que si vous faites suivre les deux couches, l'une solvantée, l'autre acrylique, sans attendre au minimum 1 an. Si vous avez une ancienne couche solvantée et que vous voulez remettre une couche acrylique cette fois, poncez (« matez », dit-on dans le jargon) d'abord le support avec du papier verré 240.

Besoin d'un conseil technique ?
Chez De Keyn, appelez le numéro gratuit 0800 24 014 ou envoyez un mail à info@dekeyn.be 
Chez WoodLover, appelez le numéro gratuit 0800 24 445 ou envoyez un mail à info@woodlover.be

Tout savoir sur les composés organiques volatiles

Fiches conseils également consultées...

Aidez vos portes et châssis en bois à passer l'hiver

Aidez vos portes et châssis en bois à passer l'hiver

Avant que l'hiver ne s'installe, protéger les menuiseries extérieures contre le gel et l'humidité s'impose. Un petit travail d'automne qui vous permettra de ne pas être pris au dépourvu quand...
Mon abri de jardin, je le protège comment ?

Mon abri de jardin, je le protège comment ?

Un chalet est souvent fabriqué en épicéa, éventuellement en sapin du pays. Ce bois vit, bouge et réagit à son environnement. Il déteste les rayons UV, les écarts de température, la pluie, le vent, les...
Papier peint intissé à peindre: comment procéder

Papier peint intissé à peindre: comment procéder

  Vos murs sont fissurés ? Faire appel à un plafonneur ferait exploser votre budget. Notre solution ? Poser du papier peint intissé et... le peindre. En prenant quelques précautions ! Mais c'est quoi,...