Choisir le bon bois contre les insectes et champignons

Ajout au panier

Tous les bois ne sont pas égaux face aux champignons, aux insectes, à l'humidité et aux intempéries. Heureusement, il existe des classes de durabilité et de risque qui vous permettent de sélectionner le bon type de bois selon votre projet.

FC0003shutterstock_200559008-@iva

1. La résistance aux champignons

La norme européenne EN 350.2 établit les différentes classes de durabilité. La résistance des bois non traités est testée sur diverses souches de champignons. Il existe cinq catégories de durabilité naturelle.

La catégorie I offre une résistance aux champignons de plus de 25 ans, même si le bois est en contact avec le sol et qu'il n'a subit aucun traitement. Les bois de cette catégorie sont donc très durables. Le teck, le jatoba ou l'ipé figurent dans la catégorie I. Tout comme le robinier et l'afzelia.

Les bois de catégorie II sont jugés durables. Durant 15 à 25 ans. Ce sont par exemple le châtaignier, le chêne européen, le Western Red Cedar ou encore le bankirai. Ceux de la catégorie III sont moyennement durables (10 à 15 ans). On y trouve le douglas, entre autres. Qu'ils soient de catégorie II ou III, ils exigent un traitement pour toute utilisation extérieure afin de résister correctement aux champignons.

Quant aux catégories IV et V, leurs bois sont peu (5 à 10 ans) et non durable (moins de 5 ans). Autant le dire de suite, ils ne conviennent pas pour l'extérieur même si on leur applique une protection contre les champignons. C'est le cas de l'aubier, du hêtre, du sapin, du châtaignier...

2. La résistance aux insectes

Elle ne fait pas l'objet de catégories. Ici, c'est un peu le règne du « tout ou rien ». En effet, une espèce de bois peut être attaquée par un insecte spécifique ou ne pas l'être. Parmi les insectes mangeurs de bois, on citera : 

- le capricorne, qui attaque uniquement les résineux,
- le lyctus, qui adore principalement les bois feuillus 
- la petite vrillette ou anobium, communément appelée « ver à bois ».

3. Les classes de risques et conditions d'aptitudes à l'emploi

La norme NF EN 335 définit les caractéristiques de base de chaque classe de risque, afin de pouvoir sélectionner les conditions d'aptitude à l'emploi d'un bois.

La classe 1 : elle regroupe les bois pour les menuiseries intérieures (meubles, parquets, portes, escaliers...). Ce sont des bois qui doivent toujours être à l'abri des intempéries. Leur humidité en service sera inférieure à 20 %.

La classe 2 : ce sont les bois sous abris comme ceux utilisés pour les charpentes. Leur hygrométrie peut très occasionnellement dépasser un taux de 20 %.

La classe 3 : on y trouve du bois pour construction et menuiseries extérieures verticales soumises à la pluie. Le taux d'humidité pourra fréquemment dépasser les 20 %. C'est le cas des fenêtres et bardages.

La classe 4 : ici, le bois est en contact avec le sol avec risque d'eau stagnante (caillebotis, terrasses, pontons...).

La classe 5 : c'est le bois en contact permanent avec l'eau de mer pouvant être immergé.

Choisir le bon bois contre les insectes et champignons

Fiches conseils également consultées...

Poncer à la main ou à la machine? Les actuces

Poncer à la main ou à la machine? Les actuces

Le ponçage est une étape indispensable et préalable à tout travail de peinture. Mais quelle méthode employer pour un résultat efficace ? Manuelle ou électrique ? Quel abrasif choisir ? Tout dépendra du support...
Comment peindre des plinthes en 5 étapes

Comment peindre des plinthes en 5 étapes

La fonction première des plinthes est de protéger le bas des murs. Mais les plinthes font également partie intégrante de la décoration de notre intérieur. Pourtant, nous sommes nombreux à l'oublier. Petit...
Les techniques préventives de traitement du bois

Les techniques préventives de traitement du bois

Avant d'arriver en magasin, le bois subit généralement un traitement. Objectif : donner au bois une première protection, notamment contre les insectes et les champignons. Autoclave, trempage et...